21 avril 2020 Par Admin La Tortuga 0

La danse Flamenco ou l’équilibrage de nos énergies

On a toujours lié la danse flamenco à l’émotion de la passion qui représente une énergie très forte en vibrations, qui se dégagent du danseur ou de la danseuse. Dépendamment du style de danse, en espagnol appelé « Palo Flamenco », le rythme de la danse peut être lent ou rapide, avec des mouvements souples et doux ou brusques et toniques. Cette danse n’exprime pas uniquement la tristesse, comme il est courant de le penser, si on la connaît plus, on va voir qu’elle peut exprimer, avec certains autres styles, la joie et l’ambiance des fêtes.

La danse, en général a été souvent assimilée à un genre de méditation, à travers laquelle, le mental se calme pour laisser le champ plus libre à l’expression du corps. Néanmoins, le Flamenco, bien plus qu’une simple danse ayant un rythme et des mouvements, c’est un état émotionnel, c’est même un état méditatif qui cherche l’âme de la personne au fond de son intérieur et peut arriver à un état de transe chez certains danseurs.

 

Image par Ernesto Rodriguez de Pixabay

Il existe beaucoup de pratiques énergétiques avec le corps ; notamment taoïstes, appelées danses de l’énergie en mouvement ; telles que le Chi Gong, le Tai Ji ou le Falun-Gong. Elles présentent toutes des mouvements avec les bras et les mains servant à ramener l’énergie au corps afin d’élever le taux vibratoire. Un des genres de la danse Flamenco, appelé “Soléa” présente des mouvements assez similaires.

La danse Soléa a un rythme assez lent. Avec le style “Siguiriya”, elle est considérée le genre le plus important de la danse Flamenco, puisque de son rythme de 12 temps sont dérivés les rythmes de plusieurs autres styles. Dans cette danse, tout est assimilé à une vraie méditation du corps et de l’esprit, et ceci à plusieurs niveaux.

Image par Edwin Valencia de Pixabay

Pour commencer, le mot Soléa vient du mot « soledad » qui veut dire solitude. En effet la solitude est représentée par le fait que la danse est généralement accompagnée par une seule guitare, par le genre de danse individuelle, mais surtout par le fait d’être déconnecté des autres et n’être connecté qu’avec son âme. Ceci est visible à travers les expressions faciales de la danseuse dans les illustrations plus loin.

Par la suite, la pratique des énergies est représentée par les mains qui ont un mouvement qui prend l’énergie de l’extérieur pour la ramener vers son corps.

Et également les bras qui montent très lentement jusqu’en haut au-dessus de la tête, prenant l’énergie de la terre la distribuant sur tout le corps pour relier les bras avec les énergies du ciel.

 

La lenteur des mouvements, favorise la concentration et laisse le temps pour ces énergies pour couvrir tout le corps.

 

En poussant un peu loin dans le détail des positions des bras, existe une position qui ressemble à celle de la danse du  « Sama » des derwiches tourneurs, où un bras vient se positionner en face du chakra coronal, au-dessus de la tête, et l’autre en face du chakra du plexus solaire au niveau du nombril. Cette position a pour avantage d’équilibrer les énergies à travers les chakras du corps.

 

Voici ci-après quelques illustrations des positions des mains et des bras de la grande danseuse Lucia Piñona de Seville dans une danse Soléa, suivies d’une petite vidéo.

 

_____________________________________

Si tu veux interagir sur ce sujet, tu peux le faire en écrivant un commentaire…